L'ESPAGNE
TAILLÉE SUR MESURE
FR

Accueil > Andalousie

L’Andalousie, parfum d’orient et d’occident
Par Emmanuelle Poiret

La région la plus méridionale du continent européen n’a cessé de fasciner artistes, écrivains et voyageurs. En effet, qui ne succombe pas aux charmes de la Belle Andalouse ?
On l’aime pour sa forte personnalité ! Et comment pourrait-il en être autrement ? Elle qui a bâti son caractère sur un éventail de cultures, bercée entre l’Europe Occidentale et les parfums d’Orient.
La communauté autonome la plus peuplée d’Espagne s’est laissé entraîner pendant plusieurs siècles dans une danse des noms autour desquels elle a forgé son histoire.

A la croisée des civilisations

A commencer par les Romains qui l’ont baptisée Bétique, puis les Vandales, Vandalousie, les Musulmans, Al-andalus, pour glisser finalement vers l’Andalousie telle qu’on l’appelle aujourd’hui.
Ils ont fait de même pour son fleuve qu’ils ont baptisé tour à tour Tartessos, Baetis, et enfin Wadi el Kebir pour parler de "la grande rivière" connue de nos jours sous le nom de Guadalquivir.
Des noms qui s’enchaînent comme les sommets de sa Sierra Nevada, comme les mouvements saccadés de son flamenco ou encore comme les fêtes patronales, les romerias, les ferias, les kermesses, les carnavals qui remplissent son calendrier des festivités.

Considérée à l’Antiquité comme le bout du monde, l’Andalousie est ensuite devenue le carrefour des civilisations, une passerelle entre le continent européen et le continent africain avec pour trait d’union, comptoir commercial et filtre culturel, le détroit de Gibraltar.
Elle prospère à cette époque grâce à ses terres fertiles et à la présence de nombreux métaux. On se dispute ce territoire mi-océanique, mi-méditerranéen pendant des siècles et des siècles.

Le syncrétisme andalou

Si l’Andalousie est peuplée de touristes en été ou pendant les fêtes religieuses, elle devient hors-saison un lieu de méditation tant la beauté de ses joyaux architecturaux appelle à la contemplation.
L’une chassant l’autre, chaque civilisation laissa avant sa chute une partie de son héritage culturel. Grenade, Séville, Cordoue, Cadix, en sont les plus beaux témoins. Chacune d’elles est un livre ouvert sur son histoire qui éveille les sens tant elles captivent le regard, le toucher, l’odorat et l’ouïe.
Dans ses palais royaux, on caresse alors du bout des doigts les reliefs de ses azulejos, faïences, frises, ornements et de ses arabesques, on se pose à l’ombre d’une de ses terrasses pour observer la vie bouillonnante des Andalous.

On ferme les yeux pour ressentir la voix chevrotante de ses guitaristes de flamenco rythmée par le claquement endiablé des palmas, on picore quelques tapas et respire à plein poumons l’essence méditerranéenne de ses petits villages blancs.
Nombreux sont les bijoux architecturaux que l’histoire a légués à l’Andalousie. Pour n’en citer que quelques-uns, l’Alhambra de Grenade, la Giralda et l’Alcazar de Séville ou la Mezquita de Cordoba, tous inscrits au patrimoine de l’Humanité.

L’art hispano-mauresque, l’architecture Mudéjare, Gothique, Renaissance, Baroque, Néo-classique… ont déposé tour à tour leur ingrédient de ce qui fait aujourd’hui l’un des mélanges architecturaux les plus séduisants d’Europe.
On retrouve sur les édifices hauts en couleur des XVIIe et XVIIIe siècles la présence de la peinture, la sculpture et les arts décoratifs. Ce sont d’ailleurs souvent ces monuments, d’une indéniable valeur patrimoniale, qui donnent aujourd’hui leur caractère aux villes andalouses.

Inspirante Andalousie

Outre la beauté de son architecture, l’Andalousie a inspiré de nombreux artistes (à commencer par ses fils les plus illustres, Murillo, Picasso ou Vélasquez) par la diversité de son patrimoine culturel, naturel et vivant !
Avec ses jardins, palais royaux, musées, villages blancs, montagnes enneigées, parcs nationaux, océans d’oliveraies et d’orangeraies, pâturages de taureaux prêts aux combats et pour ne rien gâcher, la mer… l’Andalousie a plus d’un tour dans son sac !

Se promener dans les rues des villes andalouses, c’est revivre les scènes les plus romanesques portées par l’énergie toujours palpable de personnages qui ont marqué la littérature internationale tels Don Juan, Carmen ou Don Quichotte.
Aujourd’hui, ce sont les habitants eux-mêmes qui perpétuent le spectacle avec leur accent irrésistible, leur sourire, leur aisance et leur chaleur humaine.
A savoir enfin que l’on n’est jamais seul longtemps en Andalousie. Si les regards se baladent sans contrainte sur les flâneurs et surtout les flâneuses, les langues se délient tout aussi facilement. L’Andalou est curieux.
Et si l’on a vite fait de parler de son quotidien, on finit toujours par arriver à la même conclusion : qu’il fait bon vivre en Andalousie !

 

 

Andalousie chrono

  • Tartessos, peuple primitif du sud de la Péninsule Ibérique, première monarchie recensée en Europe occidentale et mystérieusement disparue, attirée par cette terre fertile, le sous-sol minier et le travail des métaux.
  • IIIe siècle av. J.-C. : Rome s’installe dans la province bétique notamment pour son fleuve, le Guadalquivir, qui rend la navigation facile et donc en fait une région prospère. Rome et Carthage se partagent ou plutôt se disputent le sol andalou pendant plusieurs siècles jusqu’à ce que les Romains finissent par régner sur le territoire pendant près de sept siècles.
  • En 408-411, les Vandales envahissent le sud de la péninsule ibérique et baptisent leur terre Vandalousie.
  • En 417, les Vandales sont chassés par les Wisigoths.
  • En 711 débutent huit siècles d’occupation islamiste avec l’arrivée de Tariq ibn Ziyad en Espagne. Le territoire passe alors sous l’autorité al-Andalus et en 929 Abd al-Rahman III constitue son califat avec Cordoue qui devient la capitale et connaît alors son apogée. L’Arabe s’impose comme lingua franca, les Chrétiens (mozarabes) et les Juifs sont tolérés.
  • 1236 : la Reconquista par les Rois Catholiques commence par Cordoue, puis Séville en 1248 et Grenade en 1492. Les Juifs sont forcés à la conversion ou à l’exil par le décret de l’Alhambra, tandis que les musulmans sont dans un premier temps confirmés dans leurs libertés, avant de subir le même sort en 1502.
  • 1492 : Christophe Colomb part de Palos (province de Huelva) à la découverte du Nouveau Monde.
  • XIXe siècle : Guerre d’Indépendance et adoption de la première Constitution espagnole par le Parlement de Cadix en 1812.
  • 1936, débutent la guerre civile et les années franquistes.
  • Jusque dans les années 70, l’Andalousie est un vaste réservoir d’émigration. Plus ou moins 2 millions de personnes rejoignent Barcelone, Madrid et d’autres villes européennes.
  • 1981, l’Andalousie devient une communauté autonome avec son gouvernement (La Junta) et son parlement.
  • 1992, l’Exposition Universelle de Séville et l’intervention de Bruxelles marquent un tournant dans le destin de l’Andalousie.

 

Pour en savoir +
Portail infos Andalousie
Portail infos Espagne

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies, qui nous aident à optimiser votre expérience en ligne. Pour en savoir plus, cliquez ici

.