L'ESPAGNE
TAILLÉE SUR MESURE
FR
bailarina flamenco mosquée-cathedrale cordoue tapas espagnoles lynx ibérique voyageurs en espagne

Accueil > Andalousie > Grenade

Grenade

GRENADE, LA DOUCEUR DE VIVRE, AU PIED DE L’ALHAMBRA ET DE LA SIERRA NEVADA

Bien que le plus majestueux et mondialement connu de Grenade soit hors de son centre-ville (Alhambra, Albayzín, Sacromonte…), ceci ne veut pas dire, bien au contraire, que la zone centrale de la ville soit sans attrait pour le visiteur. De fait, il s’agit d’une magnifique mosaïque d’éléments monumentaux et architectoniques de toutes les époques entremêlés de manière harmonieuse et moderne. En plus, cette zone de la ville est toute plate, et donc moins fatigante pour le visiteur qui a déjà parcouru la zone protégée de l’UNESCO.
Cette promenade par le centre vous fera découvrir des lieux qui datent de l’époque musulmane (bien que la plus grande partie de la ville était étendue sur la colline de l’Albayzín), comme la Madraza, c’est-à-dire, l’ancienne université arabe ou comme la « cour du charbon », du XIVème siècle, qui était à ses origines une halle aux blés, et plus tard remplit bien d’autres fonctions jusqu’à nos jours. Toutefois, le grand développement de ce secteur a eu lieu à l’époque chrétienne. Il est inutile de dire que le principal monument du centre-ville est la Cathédrale de l’Annonciation et sa chapelle royale où se trouvent entre autres les tombes de Fernando et Isabel, connus comme les Rois Catholiques, principaux protagonistes de la Reconquête chrétienne de la péninsule Ibérique. La Cathédrale est un des chefs-d’œuvre de l’apogée de la Renaissance espagnole, entourée par plusieurs charmantes petites places comme celle de la Romanilla, de Bib-Rambla ou des Pasiegas. Il s’agit d’une cathédrale inachevée, ses tours n’ont pas été conclues. Son intérieur est majestueux, on dirait une infinité de jeux d’échecs et ses immenses orgues rajoutent encore à sa beauté. Mais en réalité, une des parties préférées du visiteur sont « l’Alcaicería » et la Place Bib-Rambla. Le premier est un lieu dans lequel on aime se perdre puisque c’est une espèce de souk arabe qui fut jadis le marché de la soie de Grenade, quand cette ville était la capitale du royaume qui produisait et exportait le plus de soie de tout le pourtour méditerranéen. Il fait bon déambuler dans ses ruelles très étroites (de 1 à 2 mètres de large) remplies de petits magasins qui vendent des pièces d’artisanat typique de Grenade. Mais le meilleur arrive juste en sortant de ce labyrinthe, quand on se retrouve comme par enchantement face à la magnifique place Bib-Rambla (signifie porte du banc de sable en arabe), une vaste place rectangulaire où les habitants de Grenade (les granadinos) aiment venir flâner et parfois profiter d’un spectacle de musique ou de danse.

Seule la forteresse de l’Alhambra est plus magique que l’ancien quartier arabe de l’Albayzin, dans cette charmante ville méridionale de l’Espagne. Cette colline millénaire (en 2013 a eu lieu le millénaire de la fondation du Royaume Nazarí de Grenade) est un magnifique labyrinthe d’anciennes ruelles et petites places ; elle a été centre névralgique de la capitale Zirí de la Taifa de Grenade, accueillant palais et sultans. Plus tard elle a été reléguée à un second plan, quand la dynastie Nazarí entreprit la construction de la magnifique Alhambra, bien qu’elle ait continué d’être la partie centrale de la ville musulmane. Après la prise de la ville en1492 et durant les années successives, ce quartier de rêve a été pratiquement dévasté, maltraité et laissé pour compte... Heureusement pour le patrimoine culturel et architectonique de l’Espagne, au XXème siècle une grande quantité d’historiens, architectes, amants de l’Albayzín et grenadins en général ont réussi, avec les autorités du moment, à redonner un élan vital à ce quartier pour le faire renaitre de ses cendres et lui rendre l’esprit qui envoute toute personne se promenant dans ses ruelles. Cet effort extraordinaire n’a pas été en vain, puisqu’il a abouti en 1994 à la déclaration du quartier comme Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’UNESCO.

Il y a vraiment une zone de Grenade où les gitans vivent dans des grottes ? En effet c’est souvent la description qui est faite du quartier de Sacromonte. Depuis leur arrivée au sud de l’Espagne après la Reconquête, les gitans sont aussi passés dans leur traversée infatigable par cette terre de soleil et de joie, mais quelque chose a obtenu ce que personne n’aurait imaginé avant… leur sédentarisation. Qu’ont-ils trouvé ici qui a fait changer leur mode de vie ? Comment ont-ils construit ses maisons-troglodytes après avoir vécu pendant des siècles sur les routes ? Nous vous invitons à connaître cet endroit et à découvrir leur art, car il ne faut pas oublier que le Flamenco n’est pas quelque chose qui s’apprend réellement dans des académies, ni un divertissement pour touristes ; c’est un sentiment profond, enraciné dans l’âme gitane, il coule dans leurs veines.

Grenade jouit d’une situation exceptionnelle, avec un climat sec et ensoleillé toute l’année.
La province de Grenade s’étend jusqu’à la mer Méditerranée et possède donc aussi ses plages sur la Costa del Sol, moins touristiques que celles de Malaga. Mais c’est principalement la Sierra Nevada qui donne son caractère si particulier à cette province d’Andalousie. Cette chaine de montagnes est la plus haute d’Espagne, les randonnées y sont nombreuses et accessibles et la station de ski est ouverte six mois de l’année !

Alexandre Dumas écrivait en 1846 : "Je commence à penser qu’il y a un plaisir encore plus grand que celui de voir Grenade, et c’est celui de la voir à nouveau."

 

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies, qui nous aident à optimiser votre expérience en ligne. Pour en savoir plus, cliquez ici

.