L'ESPAGNE
TAILLÉE SUR MESURE
FR
bailarina flamenco mosquée-cathedrale cordoue tapas espagnoles lynx ibérique voyageurs en espagne

Accueil > Estrémadure

Estrémadure : l’Espagne authentique
Par Sandrine Bavard

Loin des itinéraires touristiques, l’Estrémadure (Extremadura en espagnol), est une région d’Espagne encore peu connue mais qui gagne à l’être. C’est une Espagne rurale et authentique, aux paysages naturels préservés, mais aussi riche d’histoire avec trois sites classés à l’Unesco.

Moins connue que sa voisine l’Andalousie ou que la plus lointaine Catalogne, l’Estrémadure est l’une des 17 communautés autonomes d’Espagne. Elle se situe dans le sud de l’Espagne et à l’est du Portugal avec qui elle partage une frontière et surtout le fleuve Tage. La région est elle-même composée de deux provinces, Cáceres au nord, Badajoz au sud, où se trouve la capitale de la communauté, Mérida.

Un peu d’histoire...

Comme toujours dans le sud de l’Espagne, de nombreuses civilisations ont marqué le territoire. Les Romains fondent les villes de Mérida et Cáceres avant l’invasion des Wisigoths qui feront de Mérida un important centre politique et religieux, et même la capitale, vers 550. A l’époque de l’Emirat de Cordoue, Abd al Rahmân Ibn Marwan, en révolte contre l’émir, fonde en 875 Badajoz, "place forte" en arabe, qui sera un temps la capitale d’un royaume indépendant (taïfa) avant l’invasion des Almoravides et des Almohades. Au XIIIe siècle, la reconquête des rois catholiques fait mouche : Alphonse IX s’empare de Caceres, de Mérida et Badajoz, Ferdinand III de Medellin.

La patrie des conquistadores

Mais c’est bien la conquête tout court, celle des Amériques, qui apporte richesse et gloire à la province. Car bien des conquistadores célèbres sont nés dans cette région pourtant éloignée de la mer, à commencer par le plus célèbre d’entre eux : Hernán Cortés qui s’est emparé de l’Empire aztèque et a ramené tant d’or pour la couronne d’Espagne. La liste ne s’arrête pas là : il y a Francisco Pizarro qui a conquis l’empire inca et a gouverné le Pérou, Vasco Nuñez de Balboa qui a découvert le Pacifique et a exploré la côte colombienne et l’isthme du Panama, Pedro Alvarado à la manœuvre au Guatemala et au Salvador, Francisco de Orellana parti à la découverte de l’Amazonie...
Ainsi, bien des villes témoignent de ce riche passé. A Trujillo, la ville de la famille Pizarro qui compta plus d’un explorateur, on découvre le magnifique Palais de la Conquête édifié par Hernando Pizarro, ¬ un des trois frères de Francisco. Cáceres doit aussi beaucoup à ces explorateurs qui ont permis de financer les magnifiques palais Renaissance qui abondent en ville à l’image de celui des Toledo-Moctezuma, qui doit son nom au mariage d’un conquistador et d’une princesse aztèque, et qui abrite aujourd’hui les archives de la ville.

Trois sites classés à l’Unesco

L’Estrémadure compte bien d’autres joyaux, dont trois classés à l’Unesco. Merida, a été fondée par Auguste en 25 av. J.-C. pour les soldats retraités et méritants "comme une réplique idéalisée de Rome" selon l’Unesco. La ville, un temps capitale de la province de Lusitanie, possède aujourd’hui un ensemble archéologique antique de premier plan : un large pont sur le Guadiana, un amphithéâtre, un théâtre, un cirque mais aussi des aqueducs et des systèmes de gestion de l’eau en excellent état de conservation. Tous les étés, la ville accueille sur le site archéologique un festival de théâtre renommé.
On fait un bond dans le temps avec la vieille ville de Cáceres qui affiche un mélange de styles : roman, islamique, gothique du Nord et Renaissance italienne. Sa muraille arabe, longue de 1 174 mètres, est protégée par environ 30 tours, dont la célèbre Torre del Bujaco. A l’intérieur, elle comporte des maisons fortes du XVe siècle et des demeures palatiales du XVIe siècle, mais aussi de nombreux monuments religieux (églises, couvents, ermitages...) qui sont l’un des plus beaux témoignages de la Renaissance et du Gothique en Espagne.
Le Monastère royal de Santa María de Guadalupe - le plus important du pays pendant quatre siècles - est lui aussi classé à l’Unesco. C’est un condensé de l’architecture religieuse à lui tout seul ! La façade de la basilique, appelée aussi Templo Mayor, présente une remarquable ornementation mudéjare et son intérieur est tout aussi grandiose avec de nombreuses tombes et autels richement décorés. La sacristie baroque, exubérante comme il se devait à l’époque, abrite des peintures Zurbarán, un autre enfant du pays et surtout un illustre artiste du siècle d’or espagnol. Derrière la basilique, le Camarín de la Virgen, un édifice de style baroque, abrite la salle de la Vierge avec des voûtes décorées de plâtre et de stuc, et neuf tableaux de Luca Giordano. Sur un trône, elle est là : la célèbre statue de la Vierge de Guadalupe, au visage bruni, qui a donné son nom au monastère et qui est vénérée en Amérique latine, notamment au Mexique où, Hernán Cortés étant arrivé avec une bannière à l’image de la Vierge, elle apparut à un indigène en 1531. Pour la petite histoire, c’est là que Christophe Colomb, après sa découverte de l’Amérique en 1492, fit son premier pèlerinage.
Les amoureux du patrimoine se rendront aussi à Plasencia pour découvrir non pas une, mais deux cathédrales, parmi les plus belles de la province : celle de style roman et gothique (XIIIe-XIVe), à côté de la Nueva, Renaissance et plateresque (XVIe siècle).

Un grand bol d’air

L’Estrémadure est l’une des régions les moins peuplées d’Espagne, où l’on peut profiter des beautés de la nature sans l’agitation touristique. La région est notamment prisée des amateurs d’ornithologie qui peuvent venir admirer les rapaces et la très rare cigogne noire dans le parc national de Monfragüe ou encore dans le parc naturel Tajo International (à cheval avec le Portugal).
Les voyageurs pourront aussi profiter des jolies vallées de la province, telles que la vallée du Jerte, une des plus grandes zones plantées de cerisiers en Europe (plus de deux millions d’arbres), à visiter de préférence au printemps quand ils sont en fleurs. Après Jerte, on peut pousser jusqu’à la réserve naturelle Garganta de los Infiernos, et admirer ses cascades, ses rivières et ses piscines naturelles. On peut aussi emprunter la vallée de la Vera pour découvrir de nombreux villages à l’architecture traditionnelle et le Monasterio de Yuste où Charles Quint choisit de se retirer en 1556 après son abdication.
L’Estrémadure est aussi la seule province d’Espagne à bénéficier du label Pavillon bleu pour une plage...d’eau douce, à Orellana où l’on trouve un club nautique pour pratiquer la voile, le ski nautique, ou le canoë-kayak. Mais la province compte aussi quatre autres grands lacs artificiels (Cija, García Sola, Zújar) et de nombreuses piscines naturelles.
Enfin, on ne peut quitter cette région à la gastronomie réputée sans déguster ses deux produits phares : le jambon cru issu du porc ibérique, race sauvegardée dans les années 80, et le célèbre fromage de brebis crémeux, la Torta del Casar.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies, qui nous aident à optimiser votre expérience en ligne. Pour en savoir plus, cliquez ici

.