L'ESPAGNE
TAILLÉE SUR MESURE
FR

Accueil > Madrid

Madrid, capitale d’Espagne
Par Emmanuelle Poiret

Située au cœur de l’Espagne à 666 mètres d’altitude, Madrid, avec son double titre de capitale de la Communauté Autonome de Madrid et de capitale espagnole, compte plus de 6,4 millions d’habitants, périphérie urbaine comprise, dont pas moins de 3 millions pour la ville elle-même.
Berceau de la movida espagnole, certains quartiers restent fidèles à la réputation festive de la capitale. Les heures de repas décalées, les tapas à la sortie du bureau, la vie joyeuse et l’offre culturelle classent Madrid parmi les villes espagnoles les plus appréciées pour son authenticité et son art de vivre.

Madrid : une histoire mouvementée

Fondée au IXe siècle par l’émir Muhammad Ier, Madrid porte à cette époque le nom de Majrit qui signifie "terre gorgée d’eau". Elle agit alors principalement comme forteresse dont le rôle est de protéger Tolède, l’antique capitale wisigothe.
En 1083, Alphonse VI, roi de Castille et de León, s’en empare. Peu à peu, la ville s’étend et la Cour de Tolède est transférée à Madrid qui devient une première fois capitale du royaume d’Espagne en 1561 et de nouveau en 1606 sous Philippe II.
Philippe V, petit-fils de Louis XIV, obtient la couronne d’Espagne suite à la guerre de Succession d’Espagne et par le traité d’Utrecht en 1713. Sous le règne des Bourbons, Madrid va connaître une série de transformations la rendant plus élégante et digne d’une cour européenne avec des jardins, fontaines, arcs monumentaux et palais (Palais Royal ou encore palais del Buen Retiro).
En 1808, Joseph Bonaparte devient le nouveau roi d’Espagne, événement qui marque le début de la guerre d’Indépendance. Il devra abandonner le trône et quitter l’Espagne en 1813 après une ultime défaite.

Suit une longue période d’instabilité. Elle est marquée, sous le règne de Ferdinand VII, par des révoltes populaires, des mutineries de l’armée…
Une guerre civile se déclenche à sa mort, qui voit Isabelle II prendre le pouvoir. Une révolution la chasse, et finalement la République est proclamée en 1873.
En 1874, les Bourbons sont restaurés, Alphonse XII installe une monarchie constitutionnelle.
Mais le pays est à nouveau secoué par des grèves et l’anarchisme, une guerre contre les Etats-Unis, la dictature de Primo de Rivera, la crise de 1929…
Le dictateur est chassé l’année suivante, le roi s’exile en 1931.

Le 14 avril 1931, les Républicains remportent les élections municipales et la Seconde République espagnole est proclamée. Une victoire de courte durée puisque le 10 mai surgissent les premiers troubles et le régime républicain est renversé en 1931.
Les troupes de Franco font leur entrée à Madrid le 28 mars. S’ensuit une dictature de plus de 30 années. A la suite de la mort du général Franco, le 20 novembre 1975, Juan Carlos est proclamé roi d’Espagne. Le 27 décembre 1978, l’Espagne devient une monarchie constitutionnelle.

La movida madrileña

La movida madrileña apparaît dans les années 80 à la mort de Franco, comme un mouvement de libération et d’émancipation culturelle. Le phénomène prend forme à Madrid, dans le quartier de Malasaña, suite à un concert rendant hommage à l’artiste défunt Canito.
De nombreux artistes, tels Tos, Mermelada, Nacha Pop, Los Rebeldes... s’y produisent.
Dans la foulée, le phénomène s’étend à d’autres villes d’Espagne d’où le nom plus connu de "movida española".
Portée par le désir de renouveau de la jeunesse espagnole et l’émergence de nouveaux acteurs sur le plan artistique et culturel, la movida a contribué à la modernisation et à l’intégration de la société espagnole dans l’Europe démocratique. Pop music, glam ou punk contestataire, la movida se caractérise principalement par l’émergence de groupes en tous genres.
En 1992, Madrid devient capitale européenne de la culture.

Madrid et ses incontournables

Parmi les quartiers les plus appréciés ou fréquentés de Madrid, il convient de mentionner Sol-Gran Via, Austrias, Paseo del Arte, le Retiro, Latina et la Chueca.
Les emblématiques Puerta del Sol et Plaza Mayor, en plein centre de la capitale, sont les centres névralgiques et points de rendez-vous incontournables pour tout bon Madrilène.
Sous les arcades de la Plaza Mayor convergent nombre de rues et passages touristiques de la ville. Les boutiques d’artisanat ainsi que l’office de tourisme de Madrid y ont également élu domicile depuis plusieurs années.
La Gran Via ainsi que la rue Fuencarral maintiennent néanmoins leur rang de principales artères de la ville pour le shopping.

Toujours en plein centre de Madrid, dans le quartier Austrias, le Palais Royal est la demeure des anciens rois d’Espagne de Charles III à Alphonse XII. L’impressionnante pharmacie royale demeure une étape incontournable de l’époque du Madrid des Bourbons.
Le Paseo del Prado présente les plus beaux sites culturels de la ville avec notamment le musée Thyssen-Bornemisza, le musée du Prado et ses oeuvres de Goya, ainsi que le Reina Sofia (musée de la reine Sofia) et son célèbre Guernica de Picasso.

Le Parc del Buen Retiro et ses 125 hectares constituent le poumon vert de la capitale. Les tours en barque sont légion ainsi que la visite d’expositions dans le Palais de Velazquez et le Palais de Cristal.
Le Rastro, dans le quartier bohême de Latina, est un marché aux puces célèbre qui a lieu le dimanche et les jours fériés : vêtements, accessoires, animaux, vieilles revues, objets de collections et vintage… on y trouve de tout. Rastro, qui en français signifie "empreinte", viendrait des traces de sang laissées par les animaux à la sortie de l’abattoir.
A la fin du marché, il est de coutume de se retrouver autour d’un verre dans l’un des nombreux bars du quartier.

La Chueca, quartier gay de la ville et l’un des plus importants au monde, fait partie des lieux branchés et d’avant-garde pour les oiseaux de nuit en quête de divertissement.

Autres sites à découvrir : le Caixa Forum, nouveau centre d’art contemporain (quartier de Las Letras), le stade Santiago Bernabeu (quartier Castellana), la grande Plaza de Toros de Ventas de 1931 et ses 23.798 places (quartier Chamartín), le Temple Egyptien Debod (IIe siècle av. J.-C.) dans le Parc del Cuartel de la Montaña (quartier princesa).

Madrid et ses environs

A quelques heures en voiture de Madrid, les villes comme Tolède, Ségovie, Ávila, Cuenca, ou Alcalà de Henares constituent de belles échappées classées au patrimoine de l’Humanité par l’Unesco pour tout voyageur désireux de compléter son séjour autour de la capitale.

Les murailles, la mosquée du Christ de la Lumière (Xe siècle), la synagogue du Transit (XIVe siècle), la cathédrale Primada (XIIIe-XVe siècles) ainsi que la maison du Gréco et l’Alcazar témoignent du riche passé historique laissé comme héritage à la ville de Tolède par les trois principales religions juive, musulmane et chrétienne.

Ségovie, parmi les plus anciennes villes castillanes, a un côté magique avec son imposant aqueduc romain, sa cathédrale, son alcazar, ou encore son quartier des Canonjías, autrefois rue de l’Imprenta et de l’Inquisition.

A une heure de Madrid, Ávila, encerclée par 2,5 km de muraille, dispose au même titre que Tolède d’un riche patrimoine architectural hérité des trois grandes religions monothéistes.

Cuenca, assise entre les gorges des rivières de Huécar et Júcar, présente d’intéressants monuments comme la plaza mayor, la cathédrale de Santa Maria de Gracia (XIIe-XIIIe siècles) et les fameuses maisons suspendues installées dans la paroi de la gorge de la rivière Huécar.

Pour les amateurs de littérature, Alcalà de Henares n’est autre que la patrie de Miguel Cervantes, auteur de "Don Quijote de la Mancha", le livre le plus édité et le plus traduit de l’histoire… après la Bible.

Et pour le final, une œuvre majeure, construite au XVIème siècle, considérée comme une Huitième Merveille du Monde Antique, le Monastère de San Lorenzo de El Escorial.
El Escorial est un complexe de 33.000 m², qui rassemble un palais royal, une basilique, un panthéon, une bibliothèque et un monastère. Situé dans la Sierra Guadarrama, à 50 kilomètres de Madrid et à 1000 mètres d’altitude, le palais fut la résidence de la famille royale espagnole et la basilique est le lieu de sépulture des rois d’Espagne.

 

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies, qui nous aident à optimiser votre expérience en ligne. Pour en savoir plus, cliquez ici

.